1995 : L'Atlantique est mon désert
 
L'Académie française
 
«Etrange affaire : les vertus sont de sexe féminin, mais vertu vient du mot latin : vir, qui veut dire homme.
La vertu, c'est le propre de l'homme. D'où le premier sens : courage, considéré comme une sorte d'attribut viril. Erreur. Les femmes ont toujours été au moins aussi courageuses que les hommes, sinon plus, et il y a tant de formes diverses de courage.»

Discours sur la vertu, 30 novembre 1995.

«Dans une épée d'académicien, il y a toujours des signes. Elle ne sert pas à pourfendre ses confrères, à se protéger des critiques. Non,c'est un objet symbolique.
La lame est celle de mon épée d'ambassadeur à Madrid. J'y tenais car je suis très heureux d'avoir pu accomplir cette mission en Espagne auprès du roi au moment difficile et important pour nous tous qu'on appelle la transition démocratique.
A la base de la poignée, il y a un petit cabochon sur lequel sont gravées deux ancres entrecroisées. C'est ce que les équipages portent sur l'épaule.
Pour la garde, j'ai souhaité que figure le symbole de la liberté ; Quel est-il ? Nous avons pensé à un oiseau et à un bateau. Le résultat,c'est une aile qui finit comme une proue de drakkar.
La nacre de la poignée, c'est celle de mon épée d'ambassadeur. Elle rappelle de nouveau la mer. Sur les deux côtés, ce sont des feuilles de chêne. Pour moi, elles signifient l'enracinement dans ma région, le Cher et le Loir-et-Cher.
Au sommet du pommeau, il y a une demi sphère en pierre d'Afghanistan. C'est un lapis-lazuli, très sombre, comme la nuit où j'aime beaucoup naviguer.»

Réception à l'Académie française, 7 décembre 1992.
   
Les bateaux

biographie


bibliographie